Cérémonie de remise des certificats aux participants pour la formation « Statistique et traitement des données » du 22 au 29 Juillet 2018

31st Juil 2018 Evenement, Service Formation

Source CCD

Lancée le 22 Juillet 2018, une formation inédite intitulée « Statistique et traitement des données » est arrivée à son terme, dimanche 29 juillet 2018. L’occasion pour la chambre consulaire d’organiser une cérémonie de remise de certificats aux participants.

L’objectif de ce séminaire était de permettre à tout un chacun de mieux appréhender les différentes techniques statistiques, afin de produire et d’assimiler et d’analyser les données chiffrées. La formation a été dispensée par un expert international au profit d’une dizaine de participants issus du secteur privé mais aussi celui public.

Ceux-ci ont pu acquérir des connaissances et renforcer leurs compétences dans ce domaine très pointu et sensible de la production et l’interprétation de données statistiques et leur traitement efficace.

Plus généralement, le président de la Chambre de Commerce de Djibouti, Youssouf Moussa Dawaleh, a rendu hommage au formateur et aux participants pour leurs efforts et leur persévérance. Il a mis l’accent sur le rôle central de son institution qui doit « assurer une mission de contribution au développement des compétences professionnelles de nos travailleurs à travers son centre de formation.

 

Source CCD

De son côté, le 3ème vice-président de la CCD et responsable de la formation, André Massida, a longuement rappelé combien depuis sa création en 1988, le Centre de formation a toujours su répondre aux besoins des entreprises en matière de formation en lançant des programmes novateurs et de qualité en nouant des partenariats internationaux.

 

A propos de la formation, il a assuré que celle-ci a permis aux apprenants de « comprendre et d’appliquer les techniques statistiques afin de produire et d’interpréter des données pratiques ». Pour lui, ces « données ou informations dont le volume ne cesse d’augmenter touchent plusieurs domaines d’application notamment l’économie, la biologie, l’industrie et les sciences sociales ».

 

Pour sa part, l’expert formateur, Ahmed Douibi, a assuré que grâce à cette formation pointue, les participants seront désormais capables « d’aborder les concepts primordiaux et de mener une enquête en utilisant des méthodes scientifiques appropriées ».

 

Des propos et un enthousiasme partagé par les participants qui ont unanimement salué la qualité de la formation et son intérêt pour des pans entiers de l’économie nationale.

Source La Nation


Entretien avec Pr. Ahmed Dhouibi

« Durant les six jours du séminaire, nous avons travaillé sur les techniques statistiques en adoptant une approche qualitative. Nous avons d’abord revu les techniques de production d’information sur le terrain et notamment les différents types d’informations. Par la suite, nous avons travaillé sur la technique ou l’étude analytique la mieux appropriée selon les données concernées. Ce qui a nécessité de revoir et faire la distinction entre les études qualitatives et celles quantitatives. Mais à partir de la seconde moitié du séminaire, nous avons mis l’accent sur les techniques utilisées pour analyser les données statistiques. Il faut dire que les statistiques permettent d’avoir des éléments d’informations importantes pour la prise de décisions. Actuellement, les bases de données sont nombreuses et sont souvent disponibles sur le réseau Internet et ailleurs dans des documents manuels ou numériques. Et généralement, les décideurs doivent tirer des conclusions à partir de données primaires ou bien des données secondaires qu’elles soient internes ou externes.  D’où l’intérêt pour les cadres de pouvoir analyser ces informations à la base en dégageant les éléments les plus pertinents et proposer les bonnes décisions aux instances dirigeantes selon les secteurs d’activité concernés. Dans le cadre de cette formation, il y avait l’aspect social qui a intéressé particulièrement les cadres et responsables du Secrétariat d’Etat chargé des Affaires sociales. Nous avons travaillé également avec des cadres de Djibouti Telecom mais aussi avec des informaticiens de la Banque Centrale de Djibouti et du Port de Djibouti ainsi que tous les autres spécialistes qui sont appelés à traiter des données statistiques dans tout système économique.

Par ailleurs, cet atelier de formation aurait très bien pu être organisé au profit de médecins, de pharmaciens ou des biologistes pour le traitement de données médicales ou biologiques, agricoles, social, géographiques. Nous avons donc voulu d’abord mener un travail de sensibilisation sur l’importance de cet outil avec le développement de l’outil numérique. Donc, nous allons avoir des bases de données relativement importantes qui nécessitent des méthodes permettant de réduire et tirer les bonnes conclusions sur les variables étudiées. J’espère que d’autres ateliers de formation sur les statistiques seront organisés au profit d’autres spécialités issues du reste des pans de l’économie nationale ».

Propos recueillis par Mohamed Saleh


Entretien avec une des participantes: Mme Oumalkhaire Abdi Aïnan, chef du service suivi-évaluation à l’ADDS

 

          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Cette formation m’a permis d’affiner mes connaissances et mes compétences en matière de statistiques et traitement de données. Les statistiques et le traitement de données sont un domaine très important et c’est un outil de travail indispensable pour moi qui suis spécialiste dans le domaine du suivi-évaluation. La formation s’est déroulée dans d’excellentes conditions avec une préparation technique et logistique impeccables. Le formateur a adopté une formidable approche pédagogique et une méthode participative et interactive qui nous a permis de nous approprier toutes les notions et les  techniques de production et traitement de données. Cette merveilleuse initiative de la CCD est louable. Car c’est la 1ère institution qui propose ce genre de formation avec une approche aussi pointue sur les statistiques et le traitement de données. Le public cible a été trié sur le volet pour pouvoir tirer tous les bénéfices de cette formation aussi importante.

Je remercie donc et encourage la Chambre de Commerce à multiplier ce genre d’initiative. Plus généralement, le domaine statistique comprend trois phases à savoir la production de données statistiques, leur traitement et analyses et enfin leur interprétation. Les cadres de la fonction publique et le secteur privé sont souvent confrontés à des données chiffrées sans pouvoir forcément savoir en tirer les bonnes leçons et leur donner la meilleure interprétation. C’est pourquoi ce genre de formation doivent être reconduites pour permettre aux usagers de faire des chiffres et les traiter de manière efficiente ».

Propos recueillis par Mohamed Saleh